Pour la béatification de Marie Yvonne Aimée de Jésus

O Jésus, Roi d'amour, j'ai confiance en Votre miséricordieuse bonté.

 

O Jésus, Roi d'amour, qui avez inspiré à votre Servante Yvonne-Aimée une participation généreuse à Votre tendresse infinie pour les âmes, une ardente dévotion envers la Sainte Eucharistie, une fidélité inébranlable à Votre service, daignez, nous vous en supplions, glorifier en elle tous vos dons, en nous accordant par son intercession la grâce :

(...............nommer la Grâce.........)

que nous implorons avec confiance de Votre divine et miséricordieuse bonté.

 

O Vous, qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l'unité du Saint-Esprit dans les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.


Historique de la Prière : O Jésus, Roi d'amour, j'ai confiance en Votre miséricordieuse bonté.

C'est en 1922 qu'Yvonne Beauvais (Mère Yvonne Aimée) eut l'inspiration de cette prière. Elle se répandit d'abord dans certaines communautés d'Augustines et parmi leurs malade, puis au dehors.

En 1932 l’évêque de Vannes l’approuvât pour son diocèse.

L'année suivante, le Souverain Pontife Pie XI l'indulgenciait pour l'Ordre des Augustines de la Miséricorde de Jésus, les malades et hospitalières de tous les établissements.
Cette faveur devait être prorogée par Pie XII et le 6 décembre 1958 Jean XXIII l'étendra à l’Église universelle.

Mère Yvonne Aimée aimait cette invocation à Jésus Roi d'Amour, et elle eut toujours à cœur de la diffuser. Elle écrivait : "Elle est douce, si forte, si peine, cette petite invocation..."
et encore :
"Cette invocation plaît aux malades et les console. Ils aiment, cette prière, parce que faisant appel à la Royauté du Christ, Jésus en son Amour, à sa Miséricorde, à sa Bonté, elle force en quelque sorte notre confiance et condense, en les résumant, nos invocations familières au Sacré Cœur."

En 1927, de modestes signets où figurait néanmoins un Cœur, symbole de l'amour du Cœur de Jésus, avaient été imprimés pour favoriser la diffusion.

En 1940, pendant la guerre, pour faire connaître et aimer davantage encore la prière, Mère Yvonne Aimée eut l'idée d'une médaille et d'une image dont elle dessina le modèle. Le 17 décembre 1940, elle présentait les premières réalisations en ces termes :
"Nous avons représentés Jésus, Enfant Roi, pour attirer plus facilement les âmes et leur donner confiance et espoir.
Nous avons voulu aussi rappeler que c'est par son Divin Cœur, plein de miséricorde et d'Amour pour l'humanité, que nous obtiendrons la paix du monde."

Aujourd'hui l'invocation est répandue en diverses langues et dans le monde entier.

Imprimatur
Monseigneur Le Bellec
Eugène Joseph Marie
Evêque de Vannes 2 Août 1954

Les personnes qui recevraient des grâces attribuées à Mère Yvonne-Aimée de Jésus sont priées de les faire connaître à la Communauté des Augustines - 56140 Malestroit - France


Neuvaine à Mère Yvonne-Aimée de Jésus.

 

Ô Yvonne-Aimée, tant chérie de notre Seigneur Jésus, du fond de ma petitesse et de mes faiblesses, je m’adresse à toi qui as été comblée de tant de grâces et de bénédictions par le Seigneur.

 

Daigne solliciter pour moi la grâce de ……………………………………..si la Justice de Dieu le permet.

 

Ô Jésus Roi d’amour, qui a inspiré à Ta Servante Yvonne-Aimée une participation généreuse à Ta tendresse infinie pour les âmes, une ardente dévotion envers la Sainte Eucharistie, une fidélité inébranlable à Ton service, daigne, nous t’en supplions, glorifier en elle tous Tes dons, et m’accorder par son intercession, la grâce que j’implore avec confiance de Ta divine et miséricordieuse bonté.

 

Ô Toi, qui vit et règne avec Dieu le Père dans l’unité du Saint Esprit, pour les siècles des siècles. Amen

 

Ô mon Dieu, ne me laisse pas succomber à la tentation mais délivre moi du malin.

Ô Seigneur écoute ma Prière et que mes cris s’élèvent jusqu’à Toi.

Ô Jésus, Roi d’Amour, j’ai confiance en Ta miséricordieuse bonté. 


Les personnes qui recevraient des grâces attribuées à Mère Yvonne-Aimée de Jésus sont priées de les faires connaître à:

la Communauté des Augustines - 56140 Malestroit - France 

C’est le 16 juillet 1901, à Cossé en Champagne, dans la Mayenne, que naît Yvonne Beauvais, fille d’Alfred Beauvais et de Lucie née Brulé. En 1925, elle entre en religion et devient Soeur "Yvonne-Aimée". Puis, en 1927, elle entre au Monastère des Augustines de Malestroit, et lance en 1928 le projet d’une clinique moderne qui va ouvrir ses portes dès 1929.

 

Elle devient ensuite maîtresse des novices et elle est élue supérieure du monastère dès 1935.
Durant l’occupation, elle y soigne des blessés allemands, mais y reçoit aussi des résistants. Le 16 février 1943, elle est arrêtée par la Gestapo.


Le 24 juin 1945, à Saint-Marcel, elle est décorée de la Croix de Guerre avec palme par le Général de Gaulle pour avoir caché et soigné à la clinique des soldats et des résistants durant la guerre 1939-45 qui vient alors de s’achever.


Puis, en 1946, Yvonne-Aimée fonde la Fédération des Monastères d’Augustines et c’est elle-même qui est élue première Supérieure Générale.

Sa vie fut extraordinaire et elle était si discrète!

 

Son procès de béatification est ouvert dés 1954

 

Mais

 

"le 1er juin 1960, le cardinal Ottaviani, alors rigoureux préfet du Saint-Office, avait arrêté définitivement  le procès de canonisation ouvert dès 1954, fait retirer du commerce tous les livres écrits sur la religieuse et interdit toute nouvelle publication à l’avenir. Son objection majeure : trop de miracles, trop de dons, on risquait de favoriser une « flambée d’illuminisme ».

 


Il faut dire que la vie de cette grande  mystique est chargée de faits particulièrement exceptionnels, parfois controversés : bilocation, stigmatisation, prémonitions et xénoglossie.

 

Mais

 

Vers 1985, la cause est confiée à l'abbé René Laurentin par le Cardinal Franjo Šeper.

Le futur pape Benoît XVI, le Cardinal Ratzinger, son successeur, confirme l'autorisation de continuer l'étude, sous sa seule responsabilité pour ne pas engager l'Église. Le travail est aujourd'hui poursuivi par une équipe interdisciplinaire.

 

René Laurentin a depuis publié de nombreux livres sur le cas d'Yvonne-Aimée de Malestroit.

 

Sœur Nicole, prieure de la communauté, annonce :


 "Monseigneur Mathurin Gourvès, en 2005, a donné un coup d'accélérateur au dossier, qui depuis avance bien. « Pour notre part, nous avons achevé l'énorme dossier de quelque 60 000 documents compulsés par sœur Odile Briand. S'y ajoutent les graphiques, dessins, peintures personnelles, plus de 4 000 images numérisées », détaille sœur Nicole, la prieure.

L'imposant dossier est actuellement à l'évêché, pour y être complété, avant d'être expédié à Rome, où sera étudiée la cause de béatification. « Il nous est impossible de dire quand il sera examiné, nous nous en remettons à MgrJoseph Murphy, le postulateur romain pour cette cause, que l'on aimerait voir aboutir, poursuit sœur Nicole. Ce serait une marque de confiance pour les personnes qui la prient. »

 


En 2009, Monseigneur Raymond Centène, évêque de Vannes, a de nouveau demandé, très officiellement, que les autorités vaticanes examinent attentivement le dossier.

 

René Laurentin (extrait ) cliquez ici

 

"Connaissez-vous des cas où la prédiction ait été écrite avec certitude antérieurement à la réalisation ? a demandé l'abbé Laurentin aux Bollandistes. - Nous n'en connaissons pas, a répondu le doyen.

Les prédictions d'Yvonne-Aimée constituent donc un cas unique : une première.

1. Ses prédictions ont été écrites avant l'événement, par obéissance : La critique historique, la graphologie et les expertises en écriture le prouvent absolument.

 

2. Il s'agit souvent d'événements imprévisibles : en 1922, Yvonne-Aîmée a vu des hommes en vert envahir la France, tandis que des " cylindres " tombaient sur les villes. L'armée allemande n'avait pas encore adopté l'uniforme vert. Les prédictions précisent la date de la Deuxième Guerre mondiale : 1939. Yvonne a prévu ses 5 décorations de guerre, dont la Légion d'Honneur, que de Gaulle tint à lui remettre personnellement, et le " grand général " qui vint " la saluer " lui aussi, à l'occasion de la sixième. Elle a prédit à ses amis et à ses ennemis (des inconnus), la date de plusieurs morts, etc.

 

3. Elle l'a prédit sans rien y comprendre. Elle était humiliée d'écrire par obéissance de telles folies. Et cela éclaire la nature même des prophéties, y compris bibliques.

 

4. Ces prédictions ne sont pas une performance de diseuse de bonne aventure. Elles ont un rôle fonctionnel pour sa vie, pour sa mission, pour la France et pour le monde. La guerre mondiale a été " abrégée " lui dit Jésus et conduite à un dénouement heureux, grâce à l'offrande qu'elle avait faite de sa vie."


Yvonne-Aimée de Malestroit - L'abbé Paul Labutte raconte des faits extraordinaires

Reportage fait par "Rassemblement à Son image" - Une des plus grandes mystiques françaises du 20e siècle aux charismes étonnants : Stigmatisation, bilocation, prémonition, lecture dans les conscience, anneau mystique invisible. 

Images d'archives extraites du film réalisé par l'abbé René Laurentin en 1986.

 

 

 

 





Écrire commentaire

Commentaires : 0

Partagez
Merci amis visiteurs
Mes autres sites