Prier pour leur béatification


Mère Marie de la Croix (21 Avril 1901-9 Avril 1999)

Mère Marie de la Croix est née le 21 Avril 1901,à Saint Aignan sur Roë en Mayenne.

Issue d'un monde rural,à l'école jusqu'à 11ans et demi,puis au travail de la ferme,Maria Nault remplira plus tard un millier de pages d'écriture dans son cahier-journal et adressera plusieurs centaines de lettres à de multiples correspondants.

Religieuse timide,désireuse avant tout d'obéir et de demeurer soumise à l'autorité de l’Église,Sœur Marie de la Croix saura rester ferme face aux contradictions.Si humble et si effacée soit-elle,elle se sent appelée à réaliser malgré tous les obstacles et toutes les oppositions,l’œuvre voulue par Dieu.

Après un passage au couvent de l'Immaculée Conception à Lourdes,c'est en 1939 qu'elle commence à Toulouse,l’Oeuvre a laquelle elle se sentait appelée.

Elle sait que les voies du Seigneur ne sont pas nos voies ,que son temps n'est pas notre temps,et elle saura attendre le 14 Septembre 1989 que l’Église érige son Œuvre en Congrégation diocésaine par la voix de Monseigneur Billé,alors Évêque de Laval.

Le 9 Avril 1999,Vendredi de Pâques,au seuil de ses 98 ans,Mère Marie de la Croix entend l'appel de l’Époux pour les Noces Éternelles.

Sa personnalité spirituelle est mariale et eucharistique.

Mère Marie de la Croix s'est efforcée de pratiquer les vertus de la Vierge Marie,par une forme de dévotion simple et profonde que résume sa devise aux trois termes inséparables:

ECCE (ME VOICI)

FIAT (J'ACCEPTE)

MAGNIFICAT (AVEC MARIE L'ADORE ET JE BÉNIS LE SEIGNEUR)

Sa dévotion mariale est centrée sur le mystère de la Présentation de Jésus au Temple,sur Marie associée par son oblation au mystère de la Rédemption.

La maladie et la souffrance sont venues de très bonne heure dans la vie de Mère Marie de la Croix et ne la quitteront plus,traçant sur un chemin qu'elle a découvert comme celui de la Passion de Jésus,à laquelle elle s'unissait pour compléter dans son corps ce qui manque aux souffrances du Christ,souffrances transformées en moyen apostolique pour les âmes et pour le sacerdoce.

Son cheminement intime trouvera un accomplissement visible lorsque les marques sanglantes de la Passion s'imprimeront sur son propre corps,l'année du Jubilé de la Rédemption 1933.

Son attachement passionné à l'Eucharistie fait d'elle le ciboire vivant de la présence sacramentelle et son offrande est toute orientée vers la sanctification des Prêtres te la fécondité de leur Apostolat.

Le charisme qu'elle a transmis aux Sœurs,aux Frères aux Messagers Laïcs,qui pratiquent la spiritualité de l'offrande pour ramener le monde à Dieu n'a rien perdu de son actualité dans l'Eglise du XXI siècle .

Prière contemplative,élan apostolique,renouveau de la dévotion eucharistique et de la dévotion mariale,prise en charge spirituelle des prêtres ministres des Sacrements,comme Mère Marie de la Croix en a donné l'exemple,sont aussi nécessaire à présent et le seront davantage demain pour féconder la nouvelle évangélisation.

 

Les Messagers de Marie Mère du Rédempteur : Le site ici


Lire la suite 0 commentaires

Pour la béatification du père Lamy

Le père Jean-Édouard Lamy (France - 1853-1931)  est ordonné prêtre en 1886. fut vicaire à Saint-Ouen, puis curé de La Courneuve (Région parisienne) de 1900 à 1923.

En 1909, une vision de la Vierge Marie lui demande de fonder un pèlerinage à Notre-Dame-des-Bois, près de son village natal en Haute-Marne et de fonder une congrégation religieuse.

En 1930, en vue de l'apostolat de la jeunesse ouvrière, il fonde la congrégation des Serviteurs de Jésus et Marie, avant de retourner à Dieu l'année suivante à l'âge de soixante-dix-huit ans.

Il fut très populaire de son vivant car il avait la faculté de lire dans les âmes.

Les Serviteurs de Jésus et de Marie forment une congrégation religieuse catholique apostolique de droit diocésain, fondée en 1930 par le Père Jean-Edouard Lamy.

Les serviteurs de Jésus et de Marie vivent en communauté et partagent leur temps entre la prière et l'apostolat, notamment auprès de la jeunesse.

 

Le site ici


Deux fioretti

 

 Le 15 mars 1918, un dépôt de munitions près de la Courneuve produisit une immense explosion.

 Le P. Lamy, prévenu par le ciel, avait prié pour que les vies soient épargnées : il n'y eut pas un mort.

 Un prodige se produisit dans l'église : le tabernacle ayant été arraché, la dalle du tabernacle partie, « le ciboire est resté sur le corporal et le corporal en l'air ».

 Le cardinal Amette, qui tenait P. Lamy pour « un vrai saint », interpréta le fait comme le « signe que, malgré l'effondrement d'une partie de l'église, l'Hôte divin voulait continuer de rester au milieu de cette population pour la soutenir et la consoler ». (Semaine Religieuse de Paris, 1918, p 326-7).

 

 Un détail qui a étonné certaines personnes, c'est que le P. Lamy voyait en même temps la Sainte Vierge et le diable dialoguant entre eux, mais ce dernier ne venait qu'avec « la permission du Père ».

 Un jour Père Lamy vit le diable et la Sainte Vierge au moment du jugement d'une pauvre dame, qu'on appelait la « mère Ripaton ».

Le diable dit : « Elle ne vaut rien, elle est à moi ».

La Mère de Dieu répondit : « Oui mais elle a donné un jour un chandelier à la paroisse : vous me la donnerez, cette âme ».

Et le démon : « Il le faut bien ! ».

P. Lamy en conclut que la Sainte Vierge est une chiffonnière admirable : elle sait trouver quelque chose là où il n'y a presque rien. 

Lire la suite 0 commentaires

Pour la béatification de Marie Yvonne Aimée de Jésus

O Jésus, Roi d'amour, j'ai confiance en Votre miséricordieuse bonté.

 

O Jésus, Roi d'amour, qui avez inspiré à votre Servante Yvonne-Aimée une participation généreuse à Votre tendresse infinie pour les âmes, une ardente dévotion envers la Sainte Eucharistie, une fidélité inébranlable à Votre service, daignez, nous vous en supplions, glorifier en elle tous vos dons, en nous accordant par son intercession la grâce :

(...............nommer la Grâce.........)

que nous implorons avec confiance de Votre divine et miséricordieuse bonté.

 

O Vous, qui vivez et régnez avec Dieu le Père dans l'unité du Saint-Esprit dans les siècles des siècles.
Ainsi soit-il.


Historique de la Prière : O Jésus, Roi d'amour, j'ai confiance en Votre miséricordieuse bonté.

C'est en 1922 qu'Yvonne Beauvais (Mère Yvonne Aimée) eut l'inspiration de cette prière. Elle se répandit d'abord dans certaines communautés d'Augustines et parmi leurs malade, puis au dehors.

En 1932 l’évêque de Vannes l’approuvât pour son diocèse.

L'année suivante, le Souverain Pontife Pie XI l'indulgenciait pour l'Ordre des Augustines de la Miséricorde de Jésus, les malades et hospitalières de tous les établissements.
Cette faveur devait être prorogée par Pie XII et le 6 décembre 1958 Jean XXIII l'étendra à l’Église universelle.

Mère Yvonne Aimée aimait cette invocation à Jésus Roi d'Amour, et elle eut toujours à cœur de la diffuser. Elle écrivait : "Elle est douce, si forte, si peine, cette petite invocation..."
et encore :
"Cette invocation plaît aux malades et les console. Ils aiment, cette prière, parce que faisant appel à la Royauté du Christ, Jésus en son Amour, à sa Miséricorde, à sa Bonté, elle force en quelque sorte notre confiance et condense, en les résumant, nos invocations familières au Sacré Cœur."

En 1927, de modestes signets où figurait néanmoins un Cœur, symbole de l'amour du Cœur de Jésus, avaient été imprimés pour favoriser la diffusion.

En 1940, pendant la guerre, pour faire connaître et aimer davantage encore la prière, Mère Yvonne Aimée eut l'idée d'une médaille et d'une image dont elle dessina le modèle. Le 17 décembre 1940, elle présentait les premières réalisations en ces termes :
"Nous avons représentés Jésus, Enfant Roi, pour attirer plus facilement les âmes et leur donner confiance et espoir.
Nous avons voulu aussi rappeler que c'est par son Divin Cœur, plein de miséricorde et d'Amour pour l'humanité, que nous obtiendrons la paix du monde."

Aujourd'hui l'invocation est répandue en diverses langues et dans le monde entier.

Imprimatur
Monseigneur Le Bellec
Eugène Joseph Marie
Evêque de Vannes 2 Août 1954

Les personnes qui recevraient des grâces attribuées à Mère Yvonne-Aimée de Jésus sont priées de les faire connaître à la Communauté des Augustines - 56140 Malestroit - France


Lire la suite 0 commentaires

Abbé Michel Guérin

1 juin 2013 : ouverture du procès en vue de la béatification de Michel Guérin par Mgr Thierry Scherrer, évêque de Laval, et en présence de Mgr Yves Le Saux, évêque du Mans, à la Basilique de Pontmain. 


 

Prière pour obtenir l’intercession du Serviteur de Dieu Michel Guérin

 

Seigneur mon Dieu, Tu as choisi le prêtre Michel Guérin, pasteur au coeur brûlant, pour rassembler le petit peuple de Pontmain et en faire une communauté fervente de foi, d’espérance et d’amour.
 
Lié à ses paroissiens à la vie et à la mort, c’est dans un attachement filial et inconditionnel à la Vierge Marie qu’il puisa l’ardeur de sa mission pastorale.
 
Afin que grandisse dans notre Eglise la ferveur de la prière, la confiance en Dieu qui exauce en peu de temps et la dévotion envers la Vierge Marie, Mère de l’espérance, apparue à Pontmain, puisse la sainteté de l’abbé Michel Guérin être bientôt reconnue.
 
Et, par l’intercession de ton rayonnant serviteur, accorde-nous, Père très bon, la grâce que nous te demandons maintenant avec confiance. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. Amen.
 

(Notre Père, Je vous salue, Gloire au Père)


Avec la permission de Mgr Thierry Scherrer, Evêque de Laval (1 juin 2013)

 


Pour les grâces reçues attribuables à la prière de l’abbé Michel Guérin, merci d’en informer le Sanctuaire de Pontmain
tél 02 43 05 07 26 ou e-mail : cause.michelguerin@orange.fr


Télécharger
Prière pour obtenir l.pdf
Document Adobe Acrobat 45.3 KB
0 commentaires

Vénérable Pauline Jaricot

Née à Lyon, dans une famille d'origine modeste ayant réussi à créer une entreprise spécialisée dans les soieries, Pauline grandit dans une ambiance profondément chrétienne.

Jeune fille, elle se sait jolie et devient coquette, cherchant à plaire par des toilettes de plus en plus élégantes.

Après une grave maladie et un sermon sur la vanité, elle change de vie, s'habillant comme les pauvres et se mettant à leur service.

Avec de jeunes ouvrières qui prennent le nom de Réparatrices du Cœur de Jésus, elle organise des équipes qui donnent un sou par semaine pour les missions.

Cela va devenir l'Œuvre de la Propagation de la Foi.

Elle fonde aussi le Rosaire Vivant : les quinze mystères sont répartis entre quinze personnes qui en méditent un chaque jour en récitant une dizaine de leur chapelet.

Elle recueille ensuite des fonds pour ouvrir une usine pilote où les ouvrières seraient respectées et où les bénéfices serviraient à des œuvres de charité.

Mais elle est trompée par deux escrocs qui détournent les fonds récoltés à cet effet.

Après ce choc, la santé de Pauline, déjà fort ébranlée, se délabre encore.

Jusqu'à la fin de sa vie, elle se fait mendiante sur les routes de France pour rembourser ceux qui lui avaient fait confiance.

A sa mort, le 9 février 1862, elle a pour tout bagage un certificat d'indigence.

On lui demande un jour comment elle peut résister à tant de douleurs.

Elle a alors cette réponse en montrant Jésus en Croix : 

« Je l'ai regardé, je l'ai aimé, je l'ai compris ; c'est pourquoi je pardonne tout ». 

Un autre jour, un prélat haut placé reproche à Pauline son désir « de faire un saint du premier venu ».

Elle répond énergiquement :

« Quant à mon désir de faire un saint du premier venu, c'est-à-dire un enfant de Dieu, du dernier d'entre mes frères, je ne saurais m'en repentir ; car c'est le désir de Jésus-Christ lui-même, qui est né, qui a vécu et qui est mort dans la souffrance, afin qu'aucun de ses petits ne périsse !... »

Déclarée vénérable le 25 Février 1963 par le Pape Jean XXIII.

Son procès de béatification est ouvert à Rome .......

Prière pour la béatification de Pauline Jaricot.

Seigneur,
Tu as inspiré à Pauline-Marie Jaricot
la fondation de la Propagation de la Foi
et du Rosaire vivant
ainsi que son total engagement
pour le monde ouvrier.
Daigne hâter le jour où l’Église
pourra célébrer la sainteté de sa vie.
Fais que son exemple
entraîne un plus grand nombre de chrétiens
à se dépenser pour l’Évangile,
afin que les hommes et les femmes
de notre temps et tous les peuples
découvrent ton Amour infini,
manifesté en Jésus Christ Notre Seigneur,
qui vit et règne avec Toi dans l’unité
du Saint Esprit pour les siècles des siècles.
Amen.

Télécharger
Prière pour la béatification de Pauline
Document Adobe Acrobat 119.1 KB

Les personnes qui recevraient des grâces attribuées à Pauline Jaricot sont priées de les faire connaître à:

 

 Propagation de la Foi

12,rue Sala

69287 LYON Cedex 02

 


0 commentaires

Partagez
Merci amis visiteurs
Mes autres sites